Vincent Derouet tape dans le ballon rond depuis 41 ans

Publié le par Gblog

SOURCE : article du 22 janvier 2016 - Ouest France
Cet agriculteur joue au football depuis tout gosse. À 48 ans, il dit ne rater aucun entraînement. Ce mordu des crampons n'est pas prêt de déserter les stades.
Entretien avec Vincent Derouet, libero de l'équipe B du Football-club de Lassay.
 
Quelle est votre longévité au FC Lassay ?
J'ai une passion dévorante pour le football depuis l'âge de 7 ans. Aujourd'hui, j'ai 48 ans, je ne rate pas un entraînement, quelle que soit la saison. J'ai joué vingt-cinq ans dans l'équipe fanion du club de football de Lassay, au poste de libero. J'ai joué dans toutes les équipes, d'abord à l'Union sportive de Lassay, puis à la fusion au Football-club. L'âge venant, j'ai été intégré dans l'équipe B, en 2e division de District, équipe dans laquelle je joue toujours au poste de libero et aussi milieu de terrain, car ma longue expérience me permet d'être polyvalent.
Quel est le secret d'une telle longévité ?
Il est très simple : l'amour total et constant du football et une bonne condition physique, entretenue grâce à mon métier d'exploitant agricole. Cela me permet de rester au top sans me poser de questions.
Quels sont vos rapports avec vos jeunes équipiers ?
Ils sont excellents, car fondés sur le respect réciproque et l'échange. Je les fais bénéficier de mon mental et je leur apprends à toujours positiver. Ils m'écoutent beaucoup et je les sécurise. La différence d'âge est un faux problème et un vrai atout. Dans l'équipe, je suis la mémoire et le complément naturel de l'entraîneur.
Pensez-vous arrêter bientôt ?
C'est une question que je ne me pose pas. Je n'envisage absolument pas d'arrêter tant ma place et mon rôle dans l'équipe sont naturels et profondément ancrés, sauf une baisse de forme physique et de motivation, ce qui est exclu pour l'instant. Après plus de quarante ans d'amour du football, l'envie est toujours aussi forte et l'adhésion de l'équipe totale. Il n'y a pas de limite d'âge dans ces conditions.

Commenter cet article